Association Française Fédérative des Etudiants en Psychiatrie

Le Diplôme d'Etudes Spécialisées (DES)

Vous trouverez ci-dessous le Bulletin Officiel N°39 du 28 octobre 2004 décrivant le DES de psychiatrie :

DIPLÔME D’ÉTUDES SPÉCIALISÉES DE PSYCHIATRIE, DURÉE : QUATRE ANS

  • I – Enseignements (deux cents cinquante heures environ)
    • A) Enseignements généraux
      • - Méthodologie de l’évaluation des pratiques de soins et de la recherche clinique et épidémiologique en psychiatrie ;
      • - Organisation, gestion, éthique, droit et responsabilité médicale en psychiatrie.
    • B) Enseignements spécifiques
      • - Développement et physiologie du système nerveux ;
      • - Principes de génétique appliqués à la psychiatrie ;
      • - Pharmacologie (métabolisme, posologie, action et toxicité) des médicaments usuels en psychiatrie ;
      • - Neurobiologie des comportements ;
      • - Histoire de la psychiatrie et évolution des concepts ;
      • - Modèles théoriques de référence : biologique et neuroanatomique, comportemental et cognitif, psychanalytique, systémique, … ;
      • - Critères de diagnostic et classification des maladies mentales ;
      • - Epidémiologie, sémiologie descriptive et psychopathologie des grands syndromes psychiatriques de l’enfant, de l’adolescent, de l’adulte et de la personne âgée ;
      • - Grands cadres sémiologiques et nosologiques en neurologie ;
      • - Toxicomanies et dépendances ;
      • - Thérapeutiques biologiques, socio-éducatives, institutionnelles ; psychothérapies et thérapies familiales ;
      • - Organisation et prise en charge des urgences psychiatriques ;
      • - Psychiatrie légale.
  • II – Formation pratique
    • A) Quatre semestres dans des services agréés pour le diplôme d’études spécialisées de psychiatrie, dont au moins un doit être accompli dans un service hospitalo-universitaire ou conventionné. Ces semestres doivent être effectués dans au moins deux services ou départements différents.
    • B) Deux semestres dans un service agréé pour le diplôme d’études spécialisées complémentaires de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent.
    • C) Deux semestres dans des services agréés pour d’autres diplômes d’études spécialisées ou diplômes d’études spécialisées complémentaires que le diplôme d’études spécialisées complémentaires de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent.

Quelques remarques sur ce texte…

Chacune des maquettes des différentes spécialités est décrite par les bulletins officiels (B.O.) de l’Education Nationale de cette façon en une seule page regroupant la formation théorique et pratique. Etant donné l’aspect très succinct de ce document, cela signifie que chaque collège d’enseignants décide ensuite des modalités d’application de ce DES.

En ce qui concerne la formation théorique

Une des particularités de la psychiatrie est l’organisation de la formation par subdivision. En effet, il n’existe en réalité pas de DES national mais des DES régionaux. La formation théorique actuelle des quelques 2000 internes en psychiatrie est majoritairement organisée par subdivision. Chacune d'elle, sous la responsabilité de son coordinateur de DES, décide du programme et des modalités de la formation de ses internes : cours magistraux, séminaires sur un thème spécifique, journées de formation, supervisions, tutorat… Cette répartition de l’organisation de la formation par subdivision entraîne une grande diversité des formations, en lien notamment avec les grands courants de pensées qui animent et ont animé les différents lieux de soins psychiatriques de la région. Cette diversité constitue à la fois une richesse et une faiblesse, richesse à l’échelle nationale permettant à notre pays d’être ouvert à toutes les orientations de la psychiatrie, faiblesse à l’échelon local avec un double risque : celui d’une formation privilégiant certains courants au détriment des autres et celui de l’inégalité de la qualité de la formation.

Il existe par ailleurs des regroupements en inter-région aussi bien pour l’organisation des séminaires que pour la validation du DES :

Ile-de-France : Ile-de-France

Nord-Est : Strasbourg – Nancy – Besançon – Dijon – Reims

Nord-Ouest : Rouen – Caen – Lille – Amiens

Rhône-Alpes : Auvergne Grenoble – Lyon – Saint-Etienne – Clermont-Ferrand

Ouest : Angers – Brest – Rennes – Nantes – Tours – Poitiers

Sud : Aix-Marseille – Nice – Montpellier

Sud-Ouest : Océan Indien – Bordeaux – Toulouse – Limoges

Antilles-Guyane : Antilles-Guyane

En ce qui concerne la formation pratique

Il existe, en l’état actuel des choses, un moratoire sur l’application de ces deux stages hors-filières. En effet, aucune ville n’impose à ses internes d’effectuer ces deux stages en hors-filière : certaines continuent à en imposer un, mais la majorité laisse le choix libre à l’interne. Ces deux semestres hors-filières obligatoires ne sont pas imposés pour plusieurs raisons : réduction du nombre de semestres de psychiatrie à 6 (et non 8) ce qui semble insuffisant (surtout pour ceux qui se destinent à la psychiatrie de l’adulte), manque d’intérêt pour la majorité des internes de ces stages hors-filières, et réduction de 25% du nombre d’internes dans les services de psychiatrie non compensée par des internes d’autres spécialités (cet argument est moins d’actualité de nos jours en raison de l’augmentation du nombre d’internes de psychiatrie), etc. Ils sont néanmoins tout à fait indiqués pour les internes qui auraient un intérêt particulier pour une autre spécialité : pédiatrie, neurologie, médecine légal, au point de vouloir faire un semestre entier en hors-filière.

Formation théorique, séminaires et… diversités régionales !

La formation théorique est principalement centrée sur des cours et/ou séminaires proposés par nos universités, dont le nombre et la diversité varient en fonction de chaque subdivision. Ces cours et séminaires sont consacrés à tous les domaines de la psychiatrie, de l’histoire de la psychiatrie aux différents courants psychothérapeutiques, en passant par la pharmacologie, l’introduction à la lecture de textes, l’analyse d’articles, le droit ou encore l’éthique, l’addictologie, la psychiatrie du nourrisson, etc.

Il existe, par ailleurs, de nombreux regroupements en inter-région comme dans le « Nord-Est » où des séminaires sont proposés dans une même ville pour l’ensemble des internes de l’inter-région. Ceci permet un accès à une plus grande variété de séminaires mais nécessite une certaine organisation pour s’y rendre et a un coût supplémentaire.

Comment choisir ses séminaires ?

Vous trouverez une liste non exhaustive des cours et des séminaires dans la rubrique « Internat ville par ville » ou plus détaillée sur les sites internet des associations ou des universités locales. N’hésitez pas à contacter les référents AFFEP et les internes de ville avant de vous inscrire pour avoir le maximum d’informations !

Demi-journées de formation :

Pour se rendre à ces séminaires ou journées de formation, l’article R.6153-2 du Code de la Santé Publique pose que nous avons le droit à 2 demi-journées de formation sur les 11 demi-journées de travail. Ces demi-journées ne sont pas toujours respectées, cela dépend des villes et des stages. Ceci parait regrettable puisque notre formation nécessite d’avoir du temps pour assister aux séminaires, lire, aller à des congrès ou journées de formation, etc. La pénurie de PH (726 postes vacants actuellement en France, source CNG avril 2014) et la surcharge de travail dans certains stages explique mais ne justifie pas le non-respect de cette réglementation.

Quid de la validation du DES ?

En ce qui concerne la validation du DES, la thèse et le mémoire (dans la majorité des villes) sont les deux étapes inévitables. Les autres modalités varient en fonction des subdivisions, nous en citerons quelques exemples ci-dessous.

La thèse de médecine : L’inscription en thèse se fait le plus souvent auprès de la faculté à laquelle vous êtes inscrits. La plupart du temps elle se fait en fin d’internat, mais peut se faire dès le 3ème semestre d’internat.

Le mémoire de DES : Dans la grande majorité des subdivisions, chaque interne doit, en plus de la thèse, rédiger et soutenir un mémoire durant son internat. A nouveau, il existe des différences en fonction des subdivisions ou inter-régions : mémoire de recherche dans l’inter-région « Nord-Ouest », mémoires cliniques dans l’inter-région « Ouest », choix libre entre mémoire clinique, mémoire de recherche et revue de la littérature dans l’inter-région « Nord-Est » ; validation pendant la 3ème année à Rouen, validation pendant la 4ème année dans la plupart des autres villes ; un seul et même sujet pour la thèse et le mémoire à Bordeaux, obligation de faire un sujet de mémoire différent de celui de thèse pour l’inter-région « Nord-Est », etc.

Les autres modalités de validation :

Elles varient en fonction des villes, il peut s’agir de la validation d’un certain nombre de séminaires, de la rédaction de mini-mémoires (un par an durant les trois premières années par exemple), ou la passation d’un examen oral et écrit en fin de 2ème année d’internat. Vous trouverez dans la rubrique « Internat ville par ville » une description plus détaillée des différentes formations en fonction des régions et des conditions de validation du DES.

Le cursus du DES de psychiatrie comporte également une formation à la pédopsychiatrie basée sur un nombre de séminaires dédiés ou de cours magistraux (variable selon les villes) à valider et 2 semestres de stages en pédopsychiatrie à effectuer. D’un point de vue pratique, il n’y a pas de moment prédestiné pour effectuer ces stages. Par ailleurs, il est important de savoir que la licence de remplacement à laquelle peut prétendre un interne après son 5ème semestre ne peut s’obtenir qu’après la validation d’au moins un stage de pédopsychiatrie.

D’un point du vue plus global cette spécialité (séparée de la psychiatrie adulte dans de nombreux pays) est aussi vaste qu’enrichissante autant dans sa pratique (consultations, liaison, urgence, hospitalisation, etc.), que dans sa clinique (des problématiques légères à la pathologie lourde type psychose infantile) ou que dans les sujets de recherche qu’elle propose.

Par Aude van Effenterre
Mis à jour le 24 Décembre 2014 par Marine Lardinois.